Congobrazzaville2016

Un site utilisant unblog.fr

 

Congo: le Chaos actuel, les responsabilités

 

 

 Congo, le Chaos actuel:

les responsabilités

 IMG-20180513-WA0016

Pour nous,

il n’y a pas de responsabilité collective de la classe politique congolaise

dans la situation chaotique actuelle du Congo,

mais, à des degrés divers, des responsabilités individuelles..

Tous les Congolais ne sont pas responsables de la crise actuelle.

La responsabilité principale du chaos actuel incombe au pouvoir en général, au PCT et à la mouvance présidentielle en particulier, eux qui depuis près de 20 ans détiennent tous les leviers du pouvoir et qui, malgré les énormes revenus financiers engrangés de 2003 à 2014, n’ont pas su ou pu jeter les bases d’une économie nationale forte et diversifiée. Le pouvoir actuel n’a su, ni définir, ni promouvoir, ni mettre en œuvre une véritable politique économique et sociale.

Il s’est tristement illustré par une mal-gouvernance sans précédent, caractérisée par un endettement excessif, des prêts gagés sur le pétrole à des taux exorbitants, des surfacturations, une corruption dantesque, des détournements massifs des deniers publics, l’enrichissement illicite, l’appropriation personnelle des biens publics, les placements des fonds publics dans des comptes privés ouverts dans des paradis fiscaux, la gabegie, le goût immodéré de la fête, la vie de cocagne, la « familiarisation » du pouvoir, le noyautage clanique des postes de responsabilité au sommet de l’Etat, etc.

La seconde responsabilité de l’effondrement actuel du Congo incombe à la marginalisation des populations dans les stratégies politiques des partis se réclamant de l’opposition. En effet, la plupart de ces partis, mus avant tout par la recherche du confort matériel, se sont détournés de leurs devoirs de mobilisation, de conscientisation et d’organisation des populations sur la base de leurs propres intérêts.

Ils se sont repliés sur les identités du village, du district, de l’ethnie ou de la région, aux fins de se construire un petit fief à partir duquel, leurs leaders vont à la conquête d’un poste juteux de député ou de sénateur, quand ils ne choisissent pas tout simplement, de vendre leur âme au pouvoir. Négligeant la mobilisation populaire, ces partis se réfugient bien souvent dans la seule communication, au détriment du travail de terrain à la base.

La troisième responsabilité du chaos actuel est à rechercher assurément dans la défection des partis se réclamant de l’opposition qui ont tourné le dos aux résolutions pertinentes du dialogue alternatif de DATA et qui ont choisi d’accompagner le pouvoir dans le processus de la mascarade électorale du 20 mars 2016, cassant par cette défection, la dynamique unitaire enclenchée par l’alliance FROCAD–IDC.

La défaite de la pensée et la trahison des intellectuels constituent une autre cause importante du chaos actuel. En effet, sous d’autres cieux, les intellectuels sont des producteurs de la pensée, des agitateurs des idées, des guides et des formateurs de la conscience. Ils éclairent par leurs analyses pointues et actualisées des phénomènes humains et sociaux, les actions des décideurs. Ils sont par nature iconoclastes. A contre-courant de cette tendance générale, au Congo, les intellectuels dont les journalistes, se sont mués en griots des pouvoirs politiques et des puissances d’argent.

Cette défaite de la pensée et cette trahison des clercs abandonnent les consciences insuffisamment affranchies, les jeunes en particulier, à la merci des marchands d’illusions et des prédateurs et ouvrent un large boulevard à la corruption et aux comportements déviants.

Une autre responsabilité du chaos actuel réside dans la faiblesse des organisations congolaises de la société civile. On le sait, dans plusieurs pays d’Afrique : Sénégal (Y’en a marre), Burkina Faso (Balai Citoyen), RDC (La Lucha), les organisations de la société civile sont devenues des fers de lance des luttes pour la défense des droits humains et pour la démocratie, notamment les élections libres, transparentes et équitables. Elles mobilisent des foules immenses. Dans notre pays, à l’image des partis politiques, la plupart des organisations de la société civile n’existent qu’au sommet. De ce fait, elles ne participent pas à la construction d’un nouveau rapport de force politique, favorable aux forces du changement.

Au total, à des degrés divers, les différentes tendances de la classe politique congolaise et les ONG portent une certaine responsabilité dans l’effondrement actuel du Congo. Mais cela ne signifie pas que tous les acteurs politiques et sociaux du Congo sont pourris. Encore une fois, la responsabilité principale du chaos actuel est celle du pouvoir dans ses multiples tendances. Cependant, l’opposition congolaise, parce qu’elle n’a pas pu ou su créer un rapport de force politique favorable aux forces politiques et sociales œuvrant pour l’alternance démocratique et pacifique, porte elle aussi, une certaine responsabilité dans le chaos actuel.

===========================

===========================

Extrait du communiqué final de

la 12è Coordination nationale de l’Alliance A.R.D

Brazzaville, 12 mai 2018

IMG-20180513-WA0014IMG-20180513-WA0016

Dans : Politique
Par congobrazzaville2016
Le 16 mai 2018
A 11 h 45 min
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

Notre4ltrophy |
PROJET COMPAGNONS KENYA 2015 |
Ouillotteponcey |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Braize Ambiance
| Sternwoodsvg
| Comité d'établissement...